top of page

21 Le tunnel du Moosberg

 

frapper:        1577 (avec le tunnel Matthias)

en quittant:               Embauché en 1586, abandonné en 1690

Élévation:       625 mètres (m)

longueur totale         312 bâtons (372 mètres)

ouvrier:                  Seuls l'espoir et l'évier fonctionnent de côté

Appellation:   ancienne désignation de zone Mooseck supérieur , aujourd'hui Obereck

 

Avec les premiers tunnels creusés dans l'Ischler Salzberg, seuls des dépôts de sel courts et pauvres pouvaient être creusés à la fois dans le dôme de sel de Lauffner (tunnel de Mitterberg de 1563, tunnel d'Alter Steinberg de 1567) et dans le dôme de sel de Perneck (tunnel de Lipplesgraben de 1567, à l'origine tunnel d'Obernberg). Par conséquent, à partir de 1577, une recherche intensive de nouveaux gisements de sel sur l'Ischler Salzberg a commencé.

Des informations détaillées sur la recherche intensive de sel à cette époque peuvent être trouvées dans l'histoire saline de la Haute-Autriche d'Anton Dicklberger à partir de 1817.

 

Le 31 octobre 1577, sur ordre du fonctionnaire du sel Christoph Haiden, une inspection a eu lieu à l'Ischler Salzberg par des fonctionnaires de l'extraction du sel.

Dans le cadre de l'inspection, un nouveau tunnel creusé en 1577 sur le Moosegg supérieur dans la forêt de Hans Reicher pour examiner un lac salé a été traversé. Cependant, avec une longueur totale de 10 tiges (11,9 m), celle-ci n'a pénétré que 3 tiges (3,6 m) de milieu bien salé , qui transportait également de l'eau acide.

En 1577, le nouveau tunnel reçut le nom de tunnel de Moosberg .

En 1580, le Salzamtmann Christoph Haiden inspecta à nouveau l'Ischler Salzberg. Dans le même temps, la poursuite de l'avancement de l'emplacement sur le terrain du puits principal du tunnel de Moosberg a été discutée, puisque seuls 11 bâtons (13,1 m) de roche salée ont été exposés dans ce tunnel.

En 1583, lors de la mesure trimestrielle de Haeuer, il fut décidé d'allonger le milieu salin de 11 bars (13,1 m) de long trouvé dans le tunnel de Moosberg, où le puits principal avait encore été travaillé en vain dans les montagnes sourdes, pour rechercher le sel stocker et examiner le même avec un travail d'évier en profondeur.

 

En 1584, deux inspections ont même été effectuées pour établir des règles en ce qui concerne une exploration appropriée de l'Ischler Salzberg.

Bien qu'aucune autre roche salée n'ait pu être trouvée dans le tunnel du Moosberg en dehors du milieu salin de 11 Stabel (13,1 m) de long, tous les espoirs poursuivis latéralement et en profondeur ont décidé les inspecteurs, malgré ces circonstances, de poursuivre l'exploitation du tunnel avantageusement situé. . En raison des traces de sel trouvées à la fois au-dessus et à l'intérieur du tunnel, l'espoir de trouver un noyau montagneux riche n'a pas été abandonné et il a été décrété que le terrain déserté du site du puits principal devait être poursuivi vers la crête de la montagne après douze heures (vers le sud).

Dans l'exploitation, espérons-le, du tunnel de Moosberg, il y a eu une forte ruée vers l'emplacement du puits principal en roche fissurée. Comme la quantité de saumure nécessaire ne pouvait être produite à long terme avec les tunnels précédemment creusés à l'Ischler Salzberg et qu'il fallait abandonner l'espoir de trouver un nouveau grenier à sel dans le tunnel de Moosberg, il fut décidé en 1584 de creuser un nouveau tunnel d'investigation au Roßmoos.

En 1584, les inspecteurs proposent également d'abaisser l'enfoncement du point le plus profond du tunnel du Moosberg, exploité en vain depuis 8 ans maintenant, par 14 tiges supplémentaires (16,8 m) vers les profondeurs.

.

Les inspecteurs étaient d'avis que dans la zone du tunnel de Moosberg, il y avait une mine de sel qui était utilisée depuis de nombreuses années et qui est maintenant pourrie . En abaissant davantage les travaux de puits, on était convaincu que des zones des montagnes de sel pourraient être atteintes qui ne pouvaient pas être atteintes il y a longtemps. Contrairement aux attentes, aucune montagne de sel existante n'a été ouverte avec cette section nouvellement coulée.

Anton Dicklberger pense que la suspicion d'une ancienne montagne de sel à Moosegg est très peu probable. Aucune trace de bâtiments plus anciens et abandonnés n'a été trouvée lors de l'excavation du tunnel de Moosberg. Bien qu'une saline près d'Ischl soit mentionnée dans certains documents anciens, il semble plus probable à Dicklberger qu'elle n'ait pas été exploitée à Moosegg mais à Pfandl près d'Ischl.

Les 11 et 12 février 1586, une autre étude de montagne a été effectuée sur l'Ischler Salzberg avec la participation de plusieurs experts de la montagne des salines de Hallstatt, Aussee et Ischl.

Les montagnes de sel ayant été creusées sur toute une épaisseur de montagne par le creusement d'essai opéré par le tunnel Matthias, les nouveaux tunnels miniers sur Moosegg et Roßmoos , dont le succès était plus qu'incertain, ont finalement été abandonnés.

Le tunnel de Moosberg, exploité avec de grands espoirs entre 1577 et 1586, fut prolongé jusqu'à une longueur de probablement 120 Stabel (143 m). Seuls 11 bâtons (13,1 m) d'agents salins ont pu être trouvés.

Le tunnel de Moosberg a probablement été occupé avec des interruptions au cours des 103 années suivantes de 1586 à 1690. Le puits principal du tunnel Moosberg avec un profil plus petit a été allongé de 192 barres supplémentaires (228,9 m) pour un total de 312 barres (371,9 m). Peu avant l'attaque du tunnel de Rabenbrunn, lui aussi chassé vers le dôme de sel de Lauffner en 1692, le tunnel de Moosberg est définitivement abandonné en 1690 et laissé à l'abandon.

En raison de la bonne stabilité des montagnes environnantes, une grande partie du puits principal du tunnel de Moosberg a été préservée à ce jour.

Le tunnel de Moosberg était populaire auprès des jeunes aventuriers jusque dans les années 1970. Les restes d'un radeau construit pour franchir le barrage d'eau et quelques signatures dans les montagnes argileuses en témoignent encore aujourd'hui. Au milieu des années 1980 au plus tard, l'embouchure du tunnel de Moosberg était complètement enroulée.

En août 2018, Horst Feichtinger a découvert l'entrée du tunnel après un long creusement manuel, de sorte qu'il était possible de rouler dessus. Le 14 août 2018, des membres de l'IGM (groupe d'intérêt Mitterbergstollen) et le propriétaire foncier ont effectué une inspection approfondie du tunnel, y compris une documentation photographique des espaces miniers encore accessibles.

Le tunnel Moosberg, vieux d'environ 430 ans, est le plus ancien bâtiment minier encore praticable de l'Ischler Salzberg, qui est dans son état d'origine. Le tunnel, fait de marteaux et de ferronnerie, est un monument minier de première classe avec ses formations d'agglomération uniques pour l'Ischler Salzberg. En raison de la grande importance du tunnel de Moosberg, l'IGM a décidé en septembre 2018 de dégager le puits principal jusqu'au frittage aux mètres tunnel (Stm.) 82 à 92 et de le rendre ainsi accessible aux visiteurs intéressés.

Le tunnel, entièrement creusé à la main et encore praticable sur une longueur de 221 m, a été creusé vers le sud-est à partir du point d'ancrage à 625 m d'altitude, en suivant la crête montagneuse.

Le profil standard du tunnel est d'environ 190 cm de haut, 80 cm au sommet et 120 cm à la base.

Les 7 premières pièces devaient être en bois lors de sa reprise. De Stm.7 à 25, le tunnel a été creusé dans des couches stables de chaux. Le profil standard dans la section avant du tunnel est d'environ 1,9 m de hauteur et 0,8 m de largeur de toit et 1,2 m de largeur de fond. À partir de Stm. 25, les couches de calcaire se fondent dans le calcaire marneux caillouteux et épais des couches de Rossfeld.

Les grès et les conglomérats de la Formation de Rossfeld se sont déposés au début du Crétacé il y a environ 120 millions d'années. Pendant le dépôt, des mouvements de masse sous-marins massifs avec des coulées de boue et des coulées de débris ont eu lieu. Les dépôts stratifiés à structure chaotique constitués de blocs calcaires plus anciens et de roches de noisetier, que les géologues appellent olisthostromes , se trouvent également dans le tunnel de Moosberg.

A Stm. 35, il y a un dépôt argileux d'environ 0,5 m d'épaisseur. Dans cette brèche argileuse on trouve des argiles violettes bleutées qui indiquent des Haselgebirge lessivés. Le stockage a été dégagé jusqu'à une hauteur d'environ 3 m au cours de l'excavation initiale du tunnel. Au Stm.39, on trouve une autre intercalation argileuse d'une épaisseur totale de 1,8 m et enfin au Stm.59 une troisième intercalation contenant également des pierres Haselgebirge d'une épaisseur d'environ 1,0 m. Les couches épaisses de marnes bancées dans la zone des deux derniers gisements sont fortement frittées.

Les extensions et travaux de puits mentionnés par Dicklberger ont probablement été créés dans la zone de ces 3 gisements, puisque les pierres lessivées de Haselgebirge ont été interprétées comme un signe certain de montagnes salifères.

À partir de Stm. 65, un important engorgement a commencé derrière un cône d'effondrement. Les restes d'un radeau construit dans les années 1970, qui servait à traverser le lac tunnel, qui pouvait atteindre 1 m de profondeur en période de pluie, ont été retrouvés dans cette zone. Des tentatives infructueuses de traverser le lac tunnel sur pilotis ont également été signalées. Au cours des travaux de démolition, le cône d'effondrement massif des Stm. 57 à 65 a été complètement dégagé et les eaux gorgées d'eau ont été drainées.

A partir de Stm.65, les couches de marnes stables in situ s'amincissent. Le fort débit d'eau dans cette zone a entraîné un frittage massif. Les tampons en bois intégrés pour protéger contre les gouttes d'eau de Stm. 82 à 92 sont encore bien visibles aujourd'hui. La majeure partie du bois de la fosse s'est décomposée au fil des siècles, mais les impressionnantes empreintes d'aggloméré ont survécu jusqu'à ce jour. Un profil standard de 1,7 m de hauteur de ligne et de 0,6 m de crête et de 1,0 m de largeur de fond peut être reconstruit pour cette section à partir des vestiges de l'expansion.

A partir de Stm. 99, il y a de fines couches de marne et de Schrambach. Les couches de Schrambach ont également été déposées après les couches de Rossfeld au début du Crétacé. La marne calcaire altérée brun rouille est surimprimée tectoniquement. Des zones cuirassées clairement reconnaissables ainsi que des couches échelonnées de mylonite témoignent de mouvements montagneux massifs. En raison de la perturbation de la structure de la marne, à partir de Stm. 99, de plus en plus d'effondrements se sont produits. A partir de Stm.127, la marne redevient plus épaisse dans un lit beaucoup plus calme et donc aussi plus stable.

A Stm. 130, il y a un virage clair dans la route vers le sud. Ce changement de sens de creusement est vraisemblablement dû au cahier des charges de l'inspection de 1584.

En raison du débit d'eau désormais plus fort, vous trouverez de vastes terrasses d'agglomération avec quelques bassins d'eau sur la semelle. Dans certains cas, il y a des résidus de clous clairement visibles dans l'aggloméré.

 

À Stm. 143, il y a un rétrécissement impressionnant du profil de la route parcourue à 1,8 m de hauteur de route et 0,6 m de crête et 0,8 m de largeur de fond. Vraisemblablement, ici en 1586, l'entraînement du puits principal du tunnel de Moosberg s'est terminé pour le moment. Au cours des 104 années qui ont suivi, jusqu'à ce que le lecteur soit finalement arrêté en 1690, le profil d'itinéraire plus petit a été choisi pour des raisons de coût pour la section de tunnel suivante.

 

De Stm. 140 à 197 se trouvent les calcaires stables, en partie à chert, des strates Oberalmer vieilles de 150 millions d'années de la fin du Jurassique.

A partir de Stm. 197, vous pouvez retrouver des couches de marne dans l'éponte supérieure de l'Oberalmerkalke. Les épaisses couches de marnes bancées qui sont maintenant présentes sont tectoniquement fortement surimprimées. En raison de la stratification plate, des effondrements massifs de crêtes se sont produits sur les couches de mylonite et les zones de fissures.

 

À partir de Stm. 221, l'itinéraire est actuellement complètement interrompu. Une nouvelle avancée dans le puits principal du tunnel de Moosberg, qui mesure environ 150 m de long, ne serait possible qu'après d'importants travaux de dégagement et de sécurisation.

 

Au-dessus du sol, au nord-ouest de l'embouchure, l'important terril est encore bien visible. Avec une largeur de cime moyenne de 2 m, celle-ci mesure près de 27 m de long et environ 6 à 7 m de haut en bout de terril.

     

 

Sources utilisées :

Dicklberger Anton, Histoire systématique des marais salants en Haute-Autriche, Volume I, Ischl 1817, Transcription de Thomas Nussbaumer, Weitra 2018.

Schraml Carl, Les salines de Haute-Autriche du début du XVIe au milieu du XVIIIe siècle, Vienne 1932.

Schiendorfer Leopold, Perneck - Un village à travers les âges, Linz 2006.

 

 

DSC00577.JPG
Moosbergstollen in Doris.jpg
bottom of page