Masse et poids :

Avec la sédentarisation des peuples et le passage de la chasse et de la pêche à l'agriculture et à l'élevage, le besoin de systèmes de mesure adaptés s'est accru. Les premiers poids et unités de mesure étaient basés sur des mesures de parties du corps et de l'environnement naturel. Les premiers écrits babyloniens , égyptiens et bibliques montrent que la longueur a d'abord été mesurée en utilisant des mesures de bras, de main ou de pied. Le temps était divisé selon les périodes orbitales du soleil , de la lune et des autres corps célestes. Si vous vouliez comparer le volume de récipients tels que des bouteilles ou des pots en argile, ils étaient remplis de graines de plantes, qui étaient ensuite comptées.

Nos connaissances actuelles sur les premiers poids et mesures proviennent de diverses sources. Les archéologues ont récupéré quelques normes anciennes qui sont aujourd'hui conservées dans les musées. La comparaison entre les dimensions des bâtiments et les descriptions des auteurs contemporains peut fournir plus d'informations.

Mesure de longueur :

La mesure des longueurs est l'une des tâches les plus importantes d'un traceur. La forme la plus ancienne de mesure de la longueur provenait des Romains et affectait les membres du corps humain, tels que les bras, les mains, les pieds ou les entrejambes.

Lorsqu'une personne étend les deux bras, le résultat est une mesure d'environ 1,70 à 1,90 m de long, appelée « brasse ». Le "Klafter" était divisé en 6 parties égales, appelées "pied" ou "chaussure". Le "pied" était à nouveau divisé en 12 parties égales, appelées "pouces" ou "largeurs de pouce", suivant la division duodécimale.

Les longueurs du système de brasses variaient considérablement localement et régionalement. Seule la brasse viennoise fait exception, puisqu'elle est utilisée dès le XVIe siècle. resté pratiquement de la même longueur.

Le système brasse/pied/pouce était utilisé comme système de mesure technique exclusivement dans la construction, l'exploitation minière, l'armée et l'arpentage. Il n'a jamais été utilisé dans le commerce du textile.

En plus de la mesure du cordon, la "coudée" apparaît encore et encore comme une autre mesure de longueur. Bien que la "coudée" en tant que longueur d'avant-bras représentait un archétype naturel, pour ainsi dire, sa longueur variait étonnamment d'une région à l'autre. Par exemple, les longueurs comprises entre 0,765 et 0,802 m étaient appelées "Wiener Ellen". Les "coudées" n'étaient pas également divisées, comme la "brasse" par "pied" et "pouces". Ils avaient une division inégale, principalement en 1/2, 1/3, 1/4, 1/8, 1/16 et 1/32 parties de la "coudée". Ces parties n'avaient pas leur propre nom.

Le système des coudées était exclusivement une mesure commerciale, principalement une mesure de produits coupés pour les textiles. Il y en avait en Europe jusqu'au 18ème siècle. plusieurs centaines de longueurs de coudées différentes, ce qui rendait le commerce et la communication très difficiles. Néanmoins, le "Elle" était valable jusqu'à la fin de 1875.

Les dimensions linéaires valables dans l'exploitation minière étaient déterminées par des bâtons de mesure décrétés par le souverain et n'étaient valables que pour le district respectif. Dans le Salzkammergut, chaque mine de sel avait à l'origine son propre "personnel". Pour normaliser le système de mesure, l'empereur a introduit le "Österreichisches Kammergutstabl" d'une longueur de 1,195 m. Le "bâton" était divisé en 8 "huitièmes", le "huitième" à nouveau en 6 "pouces" et 2 "huitièmes" faisaient 1 "chaussure".

En 1768, l'impératrice Marie-Thérèse a délivré "le brevet d'introduction pour le poids et la mesure viennois". Les "unités viennoises" désormais légales n'ont commencé que lentement à s'établir dans le Salzkammergut. Le "Kammergutstabl" n'a été remplacé par le "Wiener Klafter" qu'en 1838.

Le mètre, qui est toujours valable aujourd'hui, a été introduit dans les salines autrichiennes le 1er janvier 1876.

Mesures du cordon, de la chaussure et du pouce :

1 mile autrichien                         7.585km

 

1 brasse viennoise (°)                              1 896 m

 

1 brasse de Linz (°)                               1.816m

1 chambre brasse de marchandises (°)                   1.785m

1 brasse de montagne Hallstatt (°)               1 991 m

1 sabot ou pied viennois (')            31,60 cm

1 chaussure ou pied Kammergut (')  29,75 cm

1 pouce viennois ('')                                 2,63 cm

1 pouce Kammergut ('')                       2,48 cm

 

Mesures de longueur pour les textiles :

1 Gmündner Elle                                0,795 m

1 coudée viennoise                                        0,778 m

 

Dimensions de longueur dans l'exploitation minière :

1 Domaine de chambre de Bergstabel                   1.195 m

1 Ausseer Bergstab                              1.179m

1 Hallstatt et Ischler Bergstabel 1.192 m

1 table de montagne Hall                                 1.169 m

1 table de montagne de Salzbourg                        1 199 m

 

Dimensions de longueur pour le bois :

1 bâton de bois d'épicéa ou de sapin       6 807 m

 

Mesure de surface :

Mesures du cordon, de la chaussure et du pouce :

1 mile carré autrichien            57,54 km²

1 brasse carrée viennoise                        3 596 m²

1 pied carré viennois                             999,3 cm²

1 pouce carré de Vienne                             6.939 cm²

Mesure de la pièce :

Du Haut Moyen Âge au XVIIIe siècle. il était d'usage pour nous d'afficher des étalons, des masses de pierre et des balances accessibles au public afin que les marchands et les tisserands puissent comparer leurs propres mesures et d'autre part que les acheteurs puissent vérifier par eux-mêmes s'ils avaient reçu la bonne mesure. Un brevet de mesure délivré par l'empereur Maximilien II en 1570 ordonna le rattachement public des « mesures foncières » (brasses et coudées) aux mairies ou aux églises et l'installation de « tailleurs » de pierre sur les places du marché.

Dans les temps anciens jusqu'au 19ème siècle. Les céréales n'étaient pas échangées au poids mais au volume. En Autriche, le "Metzen", une mesure dite de capacité sèche, était généralement utilisé comme mesure. Le Metzen a été annulé et entièrement compté.

Mesures du cordon, de la chaussure et du pouce :

1 brasse cube de Vienne            6.82m³

1 pied cube viennois                 31,59 dm³

1 pouce cube de Vienne                18.28cc

 

Dimensions de la pièce pour le bois :

1 poêle Widholz (bois de chauffage) épicéa ou sapin          398 m³

1 poêle en hêtre Widholz                                                         341 m³

1 Rachel Widholz (1/48ème d'une poêle) Epicéa ou Sapin   8.3m³

1 Hêtre Rachel Widholz                                                                7,1 m³

 

Capacité pour la saumure :

1 seau                                                   56,57 dm³ ou 56,6 l

1 mars à 180 seaux                       10.18m³

1 chambre pour 2 000 seaux (jusqu'en 1677)                  113.14m³

1 chambre pour 4 320 seaux (jusqu'au XVIIIe siècle)         244.38m³

1 salle pour 3 240 seaux (du 18ème siècle)      183.29m³

 

Capacité pour le grain :

1 Gmündner Metzen (jusqu'en 1752)                      62L

1 courage à 30 Gmundner Metzen                  1 860L

1 Stockerau Metzen (à partir de 1752)                      61.49L

 

Mesure du poids :

En tant qu'instruments de mesure les plus anciens, les balances sont utilisées depuis plus de 7 000 ans. La forme la plus originale est la balance à fléaux à bras égaux, utilisée jusqu'au XIXe siècle. était largement utilisé. A partir du 15ème siècle les bureaux de cimentation princiers existaient en tant que prédécesseurs des bureaux d'étalonnage d'aujourd'hui. En tant que fonctionnaires princiers, les Zimenter devaient calibrer périodiquement les balances, les poids et les échelles de longueur, c'est-à-dire vérifier qu'ils correspondaient aux modèles originaux prescrits. Après le contrôle, le Zimenter a apposé une marque officielle. En 1777, l'impératrice Marie-Thérèse ordonna dans un "brevet de cimentation" que les longueurs, les poids et les balances soient vérifiés tous les deux ans. Les poids en pierre n'étaient pas autorisés à être utilisés en raison du risque élevé de fraude, et ils n'étaient pas non plus autorisés à être munis d'un tampon en ciment.

Mesures générales de poids :

1 quintal Vienne (q)                                         56 kg

1 livre viennoise                                                   0,56 kg

1 100                                                                    1,75 dkg

1 pincée                                                        4.38g

1 quintal (Salines du 01.01.1876)      100 kg

 

Mesures de poids pour le sel :

1 charge de sel (100-115 livres au fil du temps)          56.6-64.4kg

1 charrette de sel (115 livres vers 1769)                                    64,4 kg

1 livre de fourrage = 240 morceaux de fourrage de sel                            15.46t

1 Schilling Fuder = 30 Sel de Fuder                          1.93t

1 baril de sel (baril quintal)                                                       61,6 kg

1 tasse de sel                                                                              7.16kg

1 coureur bohème (150 livres viennoises)                          84.0kg

Système métrique:

Le premier système métrique défini a été introduit en France. En 1791, l'intention de créer un tel système a été légiférée; il a été introduit en 1793 à l'époque de la Terreur jacobine . Pour la première fois dans l'histoire, un système de mesures développé artificiellement a été introduit. Le système métrique décimal a été introduit dans le but de créer un système de mesure "pour tous les temps, pour tous les peuples". Le compteur d'origine , qui a été créé comme référence, est conservé à Paris.

Le premier système métrique était basé sur les centimètres , les grammes et les secondes ( système cgs , c pour centimètre) et ces unités étaient très utiles en science et technologie . Les systèmes métriques ultérieurs étaient basés sur le mètre , le kilogramme et la seconde ( système mks ) pour être plus faciles à gérer pour les applications pratiques. Dans la technologie et l'industrie, le système technique de mesure a été créé, qui avait le mètre, le kilopond (anciennement : force kilogramme), la seconde et le degré comme unités de base. Les unités métriques se sont répandues dans le monde entier, d'abord dans les pays non anglophones, mais plus récemment également.

Le système métrique a été lent à être adopté en France, mais les universitaires et les ingénieurs ont considéré son adoption comme un système international souhaitable. Le 20.  Le 18 mai 1875, un traité international, la Convention du Mètre , est signé par dix-sept États. Diverses organisations et laboratoires ont été formés pour créer et maintenir un système unifié.

Le compteur a été introduit dans les salines autrichiennes le 1er janvier 1876.

Le système métrique est plus simple que les anciennes unités de mesure car les unités de tailles différentes sont toujours des puissances lisses de dix autres unités. Cette relation entre les unités conduit à des conversions faciles d'une unité à l'autre dans le système décimal .

La forme actuellement prédominante d'un système métrique est le Système international d'unités (SI - Système). Il a été fondé en 1954 - pas encore sous son nom actuel et initialement avec seulement six unités de base - et est également basé sur le mètre, le kilogramme et la seconde, mais contient également d'autres unités de base pour la température , le courant électrique, l' intensité lumineuse et la quantité de substance. .

 

Sources utilisées :

Carl Schraml "Les salines de Haute-Autriche du début du XVIe au milieu du XVIIIe siècle", Vienne, 1932

Franz Kieninger "Sylviculture depuis le 14e siècle", journal d'entreprise Österreichische Salinen, 3e JG, 4e H, Vienne, 1930

"Saumure et sel", exposition Bad Ischl, catalogue, Bad Ischl, 1987

Anton Dicklberger "Histoire saline de la Haute-Autriche", transcription par Thomas Nussbaumer, Weitra, 2018

Alois Fellner "Dictionnaire minier", Vienne, 1999

Harald Witthöft "De la mesure de la montagne dans le Schwazer Bergbuch", Der Anschnitt 60, Bochum, 2008

Wikipédia "Poids et Mesures"